Fermer

Golfe de Guinée : vers une conférence des donateurs pour lutter contre la piraterie

Par Jeune Afrique

Les actes de piraterie se sont accrus de 76% dans le golfe de Guinée en 2016. © Mate 2nd Class Michael Sandberg / U.S. Navy photo Public Domain

Les pays d'Afrique de l'Ouest et centrale veulent renforcer leur collaboration dans la lutte contre la piraterie dans le golfe du Guinée. Première étape : une collecte de fonds.

Face à la recrudescence des actes de piraterie dans le golfe de Guinée (+ 76 % en 2016), les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale tentent de s’organiser. Une conférence des donateurs devrait se tenir à Yaoundé, fin septembre ou début octobre, sous l’égide du Centre interrégional de coordination (CIC) et de Paul Biya, le président camerounais.

Objectif : recueillir 50 millions d’euros afin d’améliorer la stratégie régionale. Pour Christian Trimua, ancien secrétaire d’État togolais des Relations avec les institutions, nommé à la tête du CIC fin février, « les tensions dans la région du delta du Niger, la pauvreté et la montée du terrorisme sont les principales causes de la recrudescence des attaques ».

 Lutter contre la piraterie dans une aire aussi vaste nécessite d’énormes moyens

Si le maillage du territoire a commencé avec le renforcement de zones de défense (Cap Vert, Angola et Congo) et le déploiement, il y a deux semaines, de quatre patrouilleurs camerounais entre Malabo, Pointe-Noire, Calabar et Libreville, « lutter contre la piraterie dans une aire aussi vaste nécessite d’énormes moyens », conclut-il.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro