Fermer

RDC : après les sanctions européennes, Kinshasa prépare sa riposte

Par Jeune Afrique

Le général François Olenga, chef de la Maison militaire du chef de l'État congolais, le 25 novembre 2012 à Minova. © Jerome Delay/AP/SIPA

Silence radio à Kinshasa à propos des nouvelles sanctions que l’UE a adoptées, le 29 mai, à l’encontre de plusieurs responsables congolais, et de celles que les États-Unis ont prises, le 1er juin, à l’encontre du général François Olenga, chef de la maison militaire de Joseph Kabila.

Même Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement, d’ordinaire prompt à s’exprimer dans les médias, est resté coi. « Une instruction du chef de l’État en personne », confie une source diplomatique congolaise à Kinshasa. Dans l’entourage du président Kabila, on confirme que Kinshasa s’apprête, « au nom du principe de réciprocité », à prendre des mesures de représailles.

Elles pourraient cibler des ressortissants occidentaux installés en RD Congo « impliqués dans la campagne d’intoxication et de désinformation de nos partenaires étrangers », indique à JA un proche du chef de l’État.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro