Fermer

Bénin : Léhady Soglo et les « frondeurs »

Par Jeune Afrique

Vue de Cotonou (Bénin). © Youri Lenquette pour JA

Léhady Soglo a été évincé de la présidence du parti la Renaissance du Bénin. Luc Atrokpo fait figure de favori pour lui succéder.

Bien que présentés comme des « frondeurs » par Léhady Soglo, les cadres de la Renaissance du Bénin (RB) qui, le 21 mai, ont exclu le maire de Cotonou de la présidence du parti estiment être dans leur droit. Et ce d’autant plus que le ministère de l’Intérieur a pris acte, le 31 mai, de ces changements à la tête de la RB.

Lors du congrès qu’ils comptent organiser du 23 au 25 juin, un nouveau président sera désigné. Maire de Bohicon (département du Zou), président de l’Association nationale des communes du Bénin et secrétaire exécutif national de la RB, Luc Atrokpo fait figure de favori.

S’il a soutenu Lionel Zinsou lors de la présidentielle de mars 2016, il a gardé de très bonnes relations avec le chef de l’État, Patrice Talon.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro