Libye : le profil troublant du père de Salman Abedi, le kamikaze de Manchester

Par Jeune Afrique

Veillée funèbre à Albert Square, à Manchester, au lendemain de l'attentat qu a fait 22 morts le 22 mai 2017. © AP/Sipa/Emilio Morenatti

Le Groupe islamique du combat en Libye (GICL) d’Abdelhakim Belhadj est-il derrière l’attentat de Manchester (22 morts, le 22 mai) ? C’est la question que se posent les enquêteurs britanniques.

Officiellement, l’attentat a été revendiqué par l’État islamique (EI), mais Ramadan Abedi, le père de Salman Abedi, le kamikaze de Manchester, a un profil troublant. Sous le régime Kadhafi, ce militant du GICL s’est réfugié avec sa famille en Grande-Bretagne. En 2011, à la chute du « Guide », il est rentré à Tripoli où, selon James Wheeler, un spécialiste américain de la Libye, il a été recruté par les services de sécurité du nouveau régime avec le grade de colonel.

Je suis sûr que Salman n’a pas pu commettre un tel acte et je condamne tous ceux qui disent que j’appartiens, moi aussi, à l’EI

Dans une interview accordée le 24 mai à Tripoli, Ramadan Abedi déclare : « Je suis sûr que Salman n’a pas pu commettre un tel acte et je condamne tous ceux qui disent que j’appartiens, moi aussi, à l’EI. » Pourquoi dit-il : « moi aussi » ? Quelques heures plus tard, Ramadan Abedi a été arrêté à Ayn Zera, un faubourg de Tripoli. Interpellé aussi par les services antiterroristes libyens, un frère cadet du kamikaze aurait avoué appartenir à l’EI.