Maroc : trois grandes figures du secteur automobile

De gauche à droite, Marc Nassif, Tajeddine Bennis et Moulay Hafid Elalamy © DR/J.TORREGANO/DIVERGENCE/ACF/JA

PDG, hommes d'affaires, Marc Nassif, Tajeddine Bennis et Moulay Hafid Elalamy sont des protagonistes incontournables du secteur automobile marocain. Jeune Afrique a dépeint leur portrait.

Marc Nassif

PDG de Renault Maroc depuis dix‑huit mois, débarqué depuis la filiale Inde, ce natif du Caire a signé à la mi-2016 un contrat-programme avec l’État s’engageant sur 65 % de sourcing local. Il doit gérer la montée en puissance du site de Tanger et garde un œil attentif sur le commerce.

Sur un secteur en plein boom au Maroc (+ 23,6 % en 2016 et 163 110 immatriculations), Renault reste le leader incontesté, avec environ 40 % du marché.

Tajeddine Bennis

PDG à Tanger de l’emboutisseur Snop Maroc, filiale du groupe français FSD, ancien de Renault et de l’agence TangerMed SA, c’est l’homme-orchestre de la filière, à travers la dynamique Association marocaine des industriels et constructeurs automobiles (Amica), dont il est vice-président chargé de l’industrie.

Son obsession : élargir la base industrielle du pays, intégrer les jeunes par la formation et faire travailler les entreprises en réseau.

Moulay Hafid Elalamy

Homme d’affaires à succès à travers Saham, un des principaux groupes marocains, ancien patron des patrons, ministre de l’Industrie et du Numérique depuis 2013 (il vient de rempiler dans le nouveau gouvernement El Othmani), il suit de très près le secteur automobile, qui fait figure de modèle pour l’industrialisation du Maroc.

Il a lancé le concept d’« écosystèmes », plutôt efficace. Et parcourt la planète pour convaincre un troisième constructeur d’opter pour le « Made in Morocco ».