Fermer

Bénin : Patrice Talon et Martin Rodriguez font la paix

Par Jeune Afrique

Le Président du Bénin Patrice Talon attendant de prendre la parole au siège des Nations unies à New York le 22 septembre 2016. © Richard Drew/AP/SIPA

Par l'intermédiaire du président ivoirien Alassane Ouattara, Patrice Talon, le chef de l'État béninois, et l’entrepreneur Martin Rodriguez ont apaisé leurs relations.

Rivaux en affaires depuis des années, notamment dans le secteur cotonnier, Patrice Talon et Martin Rodriguez ne s’adressaient plus la parole. Leur querelle s’était déplacée sur le terrain politique lorsqu’en avril 2016, à peine un mois après l’élection de Talon à la présidence, Rodriguez avait créé une formation d’opposition, le Parti démocrate (PD).

Un an plus tard, Alassane Ouattara a proposé à son homologue béninois d’œuvrer à une réconciliation. Il a reçu Rodriguez à Abidjan et désigné comme médiateur Jeannot Kouadio-Ahoussou, son ministre d’État. C’est en présence de ce dernier, de Joseph Djogbénou, le garde des Sceaux, et de Pascal Irénée Koupaki, secrétaire général de la présidence, que les deux hommes ont réglé leurs (vieux) contentieux au palais de Cotonou.

L’État béninois devrait renoncer à nationaliser l’hôtel Marina Sheraton, que Rodriguez avait acquis sous Mathieu Kérékou. De son côté, le chef du PD ne devrait plus prendre d’initiatives susceptibles de gêner Talon. Les deux hommes sont censés se revoir, hors la présence du médiateur ivoirien.

Ce n’est pas la première fois que Ouattara met son entregent au service des Béninois. En avril 2016, il avait reçu à Abidjan Patrice Talon et Thomas Boni Yayi, le président sortant, en présence du Togolais Faure Gnassingbé. Depuis, aucun des intéressés n’a déterré la hache de guerre, du moins officiellement.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro