Tomas Mecheba Fernandez Galilea, ministre guinéen du Tourisme : « Nous allons investir dans de nouveaux types d’hébergement »

tomas mecheba fernandez galilea © muriel devey pour ja

Tomas Mecheba Fernandez Galilea, ministre d’État chargé du Tourisme en Guinée équatoriale, présente les stratégies et les projets mis en place de redynamiser le tourisme dans son pays.

Jeune Afrique : Que proposez-vous pour faciliter l’octroi des visas touristiques ?

 Tomas Mecheba Fernandez Galilea : Nous avons proposé un décret, qui comporte deux innovations majeures. La plus importante est de permettre aux citoyens de 100 pays d’obtenir un visa d’une durée de quarante-cinq jours sans passer par nos ambassades et consulats, en débarquant directement dans l’un de nos aéroports internationaux, où seront installés des services spécialisés dirigés par le ministère de la Sécurité nationale.

Nous souhaitons développer l’écotourisme et le tourisme incentive

Deuxième innovation : l’autorisation de voyager en Guinée équatoriale pourrait être accordée sur la base d’une réservation d’hôtel et d’avion soumise au ministère de la Sécurité nationale, qui devra se prononcer dans les soixante-douze heures suivant la demande. Ce projet de décret doit encore être approuvé en Conseil des ministres, puis par l’Assemblée nationale. Les durées de séjour et le nombre de pays ciblés seront peut-être révisés à la baisse… On verra. En tout cas, dès que le décret sera approuvé, nous lancerons une grande campagne de marketing pour faire connaître le pays.

 

Quelle stratégie envisagez-vous de mettre en place pour développer le secteur ?

Nous avons préparé une dizaine de décrets concernant l’accueil et la protection des touristes. Cela va de la qualité des services dans les établissements hôteliers à l’accueil dans les aéroports, en passant par les transports sécurisés ou encore l’autorisation de prendre des photos, avec des signalisations appropriées dans les lieux où elles sont interdites.

Nous avons notamment envisagé la tenue d’une conférence internationale sur les pays hispanophones et lusophones

Nous allons aussi former des guides. Par ailleurs, le secrétaire d’État au Tourisme va effectuer une tournée dans tout le pays pour sensibiliser les responsables locaux et les populations aux bienfaits et bénéfices que le tourisme peut apporter.

Quel type de clientèle souhaitez-vous attirer et comment ?

Nous souhaitons développer l’écotourisme et le tourisme incentive, en privilégiant la qualité et en restant sélectifs pour préserver notre écosystème, en particulier dans les zones protégées. Nous allons donc investir dans de nouveaux types d’hébergement et de nouveaux aménagements afin de rendre ces sites accessibles.

Outre la participation de notre ministère à des salons du tourisme à l’étranger, nous travaillons sur l’organisation, en Guinée équatoriale, de salons à thème. Nous avons notamment envisagé la tenue d’une conférence internationale sur les pays hispanophones et lusophones ainsi que sur les grandes villes des anciennes colonies espagnoles, et nous réfléchissons à d’autres événements que nous pourrions organiser avec le ministère de la Culture.