Fermer

RDC : qu’est-devenue la famille de Mobutu ?

Nzanga Mobutu, fils de Mobutu Sese Seko, rencontre le président Joseph Kabila, successeur de son propre père, Laurent-Désiré Kabila, à la présidence de la RDC, le 29 novembre 2002. © BLAISE MUSAU/AP/SIPA

La famille de Mobutu est aujourd'hui disséminée de par le monde, de Bruxelles à Washington en passant par Rabat.

Lors du premier tour de la présidentielle de 2006, Nzanga Mobutu frôle les 5 %. Au second tour, à la surprise générale, le fils de l’ex-président appelle à voter Joseph Kabila contre son beau-frère Jean-Pierre Bemba. Mais le « partenariat » avec Kabila vole en éclats en novembre 2010 lorsque Nzanga, alors vice-Premier ministre, claque la porte du gouvernement. Une année plus tard, il quitte le pays pour s’installer à Washington. À 47 ans, il y vit toujours.

Derrière lui, c’est son frère cadet Giala Mobutu, député de 45 ans, qui gère au quotidien son parti, l’Union des démocrates mobutistes (Udemo), membre du groupe parlementaire MLC (de Bemba) et alliés. Leur demi-sœur Jacqueline Ngawali, jadis conseillère diplomatique de papa, se fait discrète depuis la fin du régime. Les veuves Bobi Ladawa et Kosia vivent entre Rabat, où Mobutu est enterré, Paris et Bruxelles.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro