Fermer

RDC : Vital Kamerhe cherche un nouveau souffle

Par Jeune Afrique

Vital Kamerhe, à Paris, le 20 août 2013. © Vincent Fournier/J.A.

Vital Kamerhe a bien du mal à retrouver sa place dans le microcosme politique de Kinshasa. Côté opposition, on le soupçonne d’avoir gardé des liens avec le clan du président Joseph Kabila, quand du côté de la majorité il est toujours considéré comme un « traître » par les caciques du pouvoir.

Dans le nouveau gouvernement, son parti, l’Union pour la nation congolaise (UNC), a même perdu deux maroquins (ministère du Commerce extérieur et vice-ministère de la Justice). Il ne lui reste plus que le Budget.

Mais pas de quoi freiner ses ambitions présidentielles, comme le confie l’un de ses lieutenants : « Il nous a dit que notre priorité devait être les élections [prévues en fin d’année], avec une alternance pacifique. »

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro