Côte d’Ivoire : Kaboré dit non à Gbagbo…

Par Jeune Afrique

L’ancien président ivoirien lors de son procès à la CPI, le 28 janvier 2016. © ICC-CPI

C’est un (petit) point d’histoire qui méritait d’être éclairci, et que le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, tient à voir figurer dans JA.

Contrairement à ce que nous avions laissé entendre dans ces colonnes, il ne s’est pas associé à la démarche conjointe de ses pairs socialistes de la région, en marge du sommet Afrique-France de Bamako, en janvier, visant à obtenir du président français, François Hollande, qu’il appuie la demande de libération conditionnelle de Laurent Gbagbo, lequel comparaît à La Haye devant la Cour pénale internationale.

Il en a simplement été informé, lors du sommet, par son homologue guinéen Alpha Condé. « Vu la façon dont les Burkinabè de Côte d’Ivoire ont été traités par le régime Gbagbo, vous n’imaginez pas le président Kaboré demander sa libération ! » explique l’un de ses proches. Sans compter que cette démarche (mort-née, comme on le sait), n’aurait évidemment pas été appréciée à Abidjan…

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique