Cinéma : « Un avant-poste du progrès », véritable charge contre le colonialisme

Un avant-poste du progrès, de Hugo Vieira da Silva. © DR

Les quelques mois qu’il a passés en Afrique en 1890 ont inspiré à Conrad des textes qui ont marqué l’histoire de la littérature, dont le célèbre Au cœur des ténèbres et la nouvelle Un avant-poste du progrès. Si le premier a inspiré plusieurs œuvres du septième art, en particulier Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola, le second n’avait encore jamais été adapté au cinéma.

Pour relever le défi, le Portugais Hugo Vieira da Silva a choisi de raconter sous forme théâtrale le vécu de deux colons venus gérer un comptoir au Congo. Une véritable charge contre le colonialisme portugais, rarement évoqué jusqu’ici, qui montre comment les deux hommes, aussi incapables que peu désireux de comprendre les habitants et leurs croyances, vont sombrer dans une sorte de folie. La beauté des images et la qualité des dialogues compensent l’aspect quelque peu hermétique du propos qu’implique sans doute le choix de tout montrer à travers les yeux des colons.