Fermer

Dossier

"Cet article est issu du dossier" «Septième art : quand l’Afrique fait son cinéma»

Consulter le sommaire

Cinéma : Cannes, un festival si peu africain

Sur le tapis rouge du Festival de Cannes. © Lionel Cironneau/AP/SIPA

Comme hélas le plus souvent depuis une vingtaine d’années, faute d’avoir été sélectionné pour la compétition officielle, aucun film africain, ni du sud ni du nord du Sahara, ne concourra pour la Palme d’or au Festival de Cannes, qui se déroule du 17 au 28 mai.

Deux films du Maghreb et un long-métrage zambien seront néanmoins projetés sur la Croisette, les deux premiers dans le cadre de la sélection officielle Un certain regard, le troisième dans celui de la Quinzaine des réalisateurs.

La Tunisienne Kaouther Ben Hania, déjà consacrée pour ses documentaires (Le Challat de Tunis, en 2015, et Zaineb n’aime pas la neige, Tanit d’or au Festival de Carthage en 2016), présentera ainsi son premier long-métrage de fiction, La Belle et la Meute.

Et le cinéaste Karim Moussaoui, remarqué en 2015 pour son moyen-métrage Les Jours d’avant, tentera de confirmer son statut d’espoir du cinéma algérien avec En attendant les hirondelles.

Quant à la jeune cinéaste zambienne Rungano Nyoni, née à Lusaka mais qui vit depuis son enfance au pays de Galles, on découvrira avec intérêt son premier long-métrage, I Am Not a Witch (« Je ne suis pas une sorcière »).

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro