Liberia : quand le cinéma s’empare d’Ebola

Ebola vs HIV, une sorte de road-movie à travers le Liberia. © DR

L’épidémie d’Ebola a surpris tout un continent qui n’y était pas préparé. Un gouffre existe entre les discours rationnels du gouvernement, des ONG et de la presse internationale et la manière dont l’événement a été perçu par la population locale. Plusieurs films libériens l’évoquent, et un rapide tour d’horizon donne une idée parlante de la méfiance de la population envers les autorités.

Tourné pendant l’épidémie, Ebola vs HIV raconte l’histoire d’une famille libérienne prise dans la tourmente. Au début, la mère de famille fiévreuse est hospitalisée pour un test. On s’attend au pire, mais le test est négatif, il ne s’agit « que du VIH ». Ouf ! Toute la famille est soulagée, mais décide de prendre la fuite. Commence alors une sorte de road-movie à travers le Liberia, le film tournant en dérision les mesures d’hygiène préconisées par les autorités comme la paranoïa ambiante.

Plus récent, Top Secret reprend l’une des nombreuses légendes urbaines sur la maladie, qui aurait été volontairement importée par des « puissances étrangères » avec la complicité du gouvernement. Selon le producteur Richard Dwumoh, le film aurait provoqué la colère de la présidente Ellen Johnson-Sirleaf, qui l’aurait fait interdire, fait assez rare dans un pays où la liberté d’expression est plutôt bonne.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici