Hôtellerie : match cinq étoiles à Conakry

Le Noom, dans le centre-ville de Conakry. © Noom

Ouverts fin 2016, le Sheraton et le Noom offrent des points de chute haut de gamme aux hommes d’affaires de passage dans la métropole guinéenne. Notre verdict point par point.

Qu’ils posent leurs valises au Sheraton Grand, à cinq minutes de l’aéroport, ou au Noom Hotel, au cœur du centre d’affaires de Kaloum, les inconditionnels d’hôtels de luxe ne seront pas déçus. Les deux nouveaux établissements cinq étoiles de Conakry rivalisent de raffinement pour attirer la clientèle. Jeune Afrique a mené l’enquête pour vous aider à faire votre choix.

Vue sur mer

En matière de proximité avec la mer, le Sheraton Grand et le Noom Hotel sont quasi à égalité : l’un est situé sur les rives nord-est de l’Atlantique, l’autre regarde vers le sud-ouest. Le premier est néanmoins le seul à offrir une vue sur mer dans ses 269 chambres et suites. Elles sont spacieuses, de 36 m2 pour les chambres à 186 m2 pour la suite « Présidentielle », et leurs prix s’échelonnent de 175 à 2 800 euros, hors promotions proposées les week-ends ou lors des fêtes. Le Noom réserve le privilège de la vue panoramique aux clients des suites « Executive » (55 m2) ou « Prestige » (72 m2), qui débourseront entre 470 et 700 euros.

Côté business 

Le Sheraton, bâti dans le quartier résidentiel de Kipé, près de l’aéroport, est en retrait, préservé des embouteillages qui étranglent quotidiennement la capitale guinéenne à mesure que l’on s’avance vers le grand marché de Madina et le centre administratif de Kaloum. C’est justement là que s’est implanté le Noom, comme pour mieux se rapprocher du palais présidentiel Sékoutoureya, des différents ministères, et surtout… de leurs hôtes. Ce qui lui permet aussi d’accueillir, grâce à son centre de conférences de 500 places, des événements comme le Conclave des pays africains producteurs de diamant, début avril. De son côté, le Sheraton propose 1 300 m2 d’espaces de réunion modulables.

Gastronomie

Comptez de 90 000 à 240 000 francs guinéens (10 à 25 euros) pour vous régaler les pieds dans l’eau à L’Adresse. Le restaurant de l’hôtel Noom, dirigé par Arnold Dossou-Yovo, propose une carte « afro­fusion » qui associe la cuisine internationale à des saveurs africaines. Au Sheraton, le concept culinaire du chef Antonio Moreno et de son adjoint Vijendra Kundun fait cohabiter recettes guinéennes, méditerranéennes et asiatiques. Des plats à base de patate douce, de manioc, de pomme de terre, du très prisé konkoé (le mâchoiron africain), sont servis dans les deux restaurants (Feast et Hot & Blue) de l’hôtel, à des prix oscillant entre 75 000 francs (environ 7 euros) pour une pizza et 160 000 francs (16 euros) pour une salade.

Design

Le Sheraton mise sur le mélange des styles contemporain et africain au travers de divers tissus pour créer un design unique d’ornements de têtes de lit. Le Noom préfère, de manière plus classique, mettre en avant des sites touristiques dont les images encadrées habillent les chambres (au-dessus des lits) et les couloirs. 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici