Fermer

Guinée équatoriale : les bons offices de Boni Yayi auprès de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Par Jeune Afrique

Conférence de presse de l'ancien président Boni Yayi (Bénin), alors également président en exercice de l’Union africaine (UA), le 30 mai 2012 à l’Hotel Meurice, à Paris. © Vincent Fournier/JA

On n’avait plus entendu parler de lui depuis son départ de la présidence béninoise, où lui a succédé il y a un peu plus d’un an l’homme d’affaires Patrice Talon. Thomas Boni Yayi a-t-il entamé sa reconversion ?

Ami du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo,  Thomas Boni Yayi, ancien président béninois, aurait joué un rôle « central » dans l’organisation du tout premier Forum économique Guinée équatoriale - Arabie saoudite, qui se tiendra à partir du 10 mai à Djeddah.

L’entreprise n’a pas dû être aisée : lors du sommet Afrique-monde arabe qui s’est tenu à Malabo en novembre 2016, l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe avaient quitté la conférence en signe de soutien au Maroc – qui refusait de participer à un événement où apparaissait l’emblème de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). L’ancien président béninois figure en bonne place dans le programme de Djeddah, puisqu’il introduira lui-même le discours du président équato-guinéen.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro