Fermer

RDC : Vital Kamerhe (presque) kabiliste

Par Jeune Afrique

Vital Kamerhe, ancien président de l'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, devant la Citée de l'OUA à Kinshasa, le 17 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Depuis qu’il a décidé de jouer la carte de l’apaisement, Vital Kamerhe flirte avec le camp de Joseph Kabila.

Jamais un mot plus haut que l’autre lors de sa dernière tournée de « sensibilisation » au processus électoral début avril dans le Kwilu, dans l’Ouest, et au Kivu, dans l’Est.

« Cap vers les élections ! »

Face à la foule, l’ex-président de l’Assemblée nationale s’est contenté d’appeler les Congolais à s’inscrire massivement sur les listes électorales en vue de scrutins dont le calendrier n’est toujours pas connu. « Cap vers les élections ! » martèle désormais l’opposant, comme pour reprendre une expression en vogue… au sein de la Majorité présidentielle (MP).

Prise de risque

Dans l’entourage du président Kabila, cette nouvelle posture ne laisse personne indifférent. « Il a pris le risque de venir au dialogue de la Cité de l’OUA, alors que le Rassemblement de l’opposition appelait au boycott. Il a ensuite été candidat au poste de Premier ministre. Aujourd’hui, il se positionne pour prendre la tête du Conseil national de suivi de l’accord [CNSA]. Ça ne nous pose aucun problème », confie un membre du cercle stratégique restreint autour de Kabila.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro