Fermer

Cinéma : Django s’en va-t-en guerre

Django Reinhardt est interprété ici par l'acteur franco-algérien Reda Kateb. © Pathe distribution

Scénariste du film « Des hommes et des dieux », qui évoquait l’assassinat des moines de Tibhirine , le réalisateur Étienne Comar s’attaque cette fois à la guerre de 1939-1945 pour raconter la vie du célèbre guitariste Django Reinhardt sous l’Occupation.

Le point commun entre Des hommes et des dieux et Django : des « héros » se retrouvant à leur corps défendant acteurs et victimes d’un conflit auquel ils n’entendaient pas participer.

Dans le cas du virtuose, il s’agit de comprendre pourquoi, témoin du dramatique sort des Tziganes, le roi du swing manouche, qui se voulait apolitique, fut conduit à prendre parti contre les nazis.

Dans le rôle du jazzman, le Franco-Algérien Reda Kateb, excellent comme toujours, incarne un musicien plus vrai que nature dans un film d’une facture certes peu originale mais qui permet de mesurer à quel point l’œuvre de Django Reinhardt possédait, à l’époque, une véritable dimension subversive.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici