Fermer

Pascal Boniface : « Les footballeurs sont des ambassadeurs en short »

Les Étalons du Burkina Faso à l'entraînement, le 30 janvier 2017, à Libreville, au Gabon. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Après la géopolitique, le ballon rond est l’autre passion de Pascal Boniface. Auteur de "Football & Mondialisation" (Armand Colin, 2016), il a par ailleurs siégé au Conseil national de l’éthique de la Fédération française (FFF).

Le football participe-t-il au rayonnement diplomatique de la France ?

Pascal Boniface : C’est un sport universel grâce auquel il est possible de marquer les esprits. On se souvient d’un voyage de Jacques Chirac en Amérique latine, dans lequel il avait embarqué Michel Platini. Tout le monde demandait : « C’est qui le type à côté de Platini ? » Le foot est une formidable arme diplomatique. Et les footballeurs, des ambassadeurs en short.

La Coupe du monde en Afrique du Sud aura-t-elle été une bonne chose ?

Il y a bien eu la construction de quelques stades peu utiles, mais globalement l’événement s’est bien passé. Preuve a été faite que l’Afrique est capable d’organiser un événement de cette ampleur.

D’une manière générale, je suis favorable à la multipolarisation du football à laquelle on assiste actuellement, même si la retransmission télévisuelle des matchs continue de poser problème : on voit bien que certaines compétitions, comme la Champions League, sont très avantagées… Je suis par ailleurs en faveur de l’extension de la Coupe du monde à 48 pays, dès lors que le temps de la compétition reste inchangé.

Trouvez-vous normal que les joueurs binationaux puissent jouer pour leur pays d’origine ?

Oui, ne serait-ce que parce que cela contredit l’idée selon laquelle les joueurs professionnels ne seraient motivés que par l’argent.

Le racisme joue-t-il un rôle dans l’affaire Karim Benzema [mis en examen dans une ténébreuse affaire de chantage à la sextape, l’attaquant vedette des Bleus n’est plus retenu en sélection depuis plus d’un an] ?

Je puis en témoigner : Didier Deschamps n’est pas raciste. De même, il est difficile d’affirmer que le public français dans son ensemble le soit. Je me souviens que, après l’élimination des Bleus par le Sénégal au premier tour de la Coupe du monde 2002, des Français de toutes origines ont soutenu l’équipe sénégalaise ! Cela étant dit, il est indéniable que certaines personnes et certains médias tiennent des propos racistes.