Côte d’Ivoire : comment Amadou Gon Coulibaly a agi sur la composition du bureau du Parlement

Par Jeune Afrique

Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre de Côte d'Ivoire depuis le 10 janvier 2017. © Sylvain Cherkaoui/JA

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly (AGC), par ailleurs secrétaire exécutif du RDR (au pouvoir), est activement intervenu dans le processus de formation du bureau du Parlement.

Il a usé de son influence auprès du chef de l’État, Alassane Ouattara, pour adouber Jeanne Peuhmond, trésorière du RDR, à la vice-présidence de l’Assemblée, au détriment d’Aminata Camara Tounagara, l’épouse d’Adama Toungara, ministre conseiller à la présidence de la République.

Célestine Olibel Trazéré, députée RDR dans la circonscription d’Issia (Centre-Ouest), n’a pas conservé son poste de vice-présidente. Celle qui passe pour une fidèle de Guillaume Soro a été récusée par Amadou Soumahoro, secrétaire exécutif du parti.

Enfin, comme prévu, Yasmina Ouegnin, dont la candidature avait été proposée par le groupe parlementaire Vox Populi, a dû céder face à l’opposition du RDR et de son allié du PDCI. C’est Soro lui-même qui, après avoir en vain tenté d’intercéder en sa faveur, a demandé à la députée indépendante et frondeuse de se retirer afin que son nouveau mandat à la tête de l’Assemblée ne s’ouvre pas sur une polémique.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici