Fermer

Maroc-Cedeao : Rabat, es-tu là ?

Par Jeune Afrique

Le roi du Maroc Mohammed VI à Ouarzazate, le 1er avril 2017. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Formulée le 24 février dans une lettre adressée à la présidente en exercice de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), la demande marocaine de passer du statut d’observateur à celui de membre à part entière devrait donner lieu à trois étapes distinctes.

• Une séquence politique, décisive. Elle aura pour cadre le sommet des quinze chefs d’État de la Cedeao, le 4 juin, à Monrovia, qui décideront de la réponse à donner. L’unanimité des membres est requise. Seul le vote du Nigeria ne paraît pas encore totalement acquis. Le Maroc a néanmoins « très bon espoir » de convaincre le président Muhammadu Buhari, même si ce dernier reste affaibli ;

• Une séquence juridique, durant laquelle les instruments de ratification marocains devront être adaptés à ceux du traité fondateur de la communauté ;

• Une séquence technique. Lors de cette ultime étape de l’intégration du royaume, il faudra négocier plusieurs aspects (monétaires, commerciaux…).

Si tout se déroule sans heurts, le Maroc sera pleinement, dès la fin de 2017, le seizième membre de la communauté.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici