Fermer

Bénin : des Belges vous reçoivent au Bab’s Dock

Le Bab’s Dock fêtera ses 20 ans le 25 octobre. © François-Xavier Freland pour JA

À 15 km de Cotonou, sur la route des Pêches, une petite pancarte inclinée par les vents du littoral pointe en direction du Bab’s Dock. Un lieu insolite né d’une histoire belge. Celle de Dominique Haumont, consul honoraire de Belgique à Cotonou

Un jour que Dominique Haumont, consul honoraire de Belgique à Cotonou, s’ennuie sur la plage et fait les cent pas à l’ombre des cocotiers, on lui propose un petit tour au frais, « tout près, juste là, derrière ». Il suit alors son interlocuteur sur un petit chemin jusqu’à une zone marécageuse pour s’installer dans une pirogue.

Le moteur démarre. L’esquif remonte la mangrove, Dominique se prend une branche au passage et – surprise ! – il se retrouve face à une immense lagune. Un paradis de fraîcheur à une centaine de mètres de la fournaise ! C’est là, sur l’autre rive de la lagune, qu’est né en octobre 1997 le Bab’s Dock, un restaurant et centre de loisirs « éconautiques ».

Savourer

« À l’époque, aucune banque n’avait voulu prendre le risque de financer le restaurant, difficile d’accès, explique Thierry, le gérant, cousin des époux Haumont, les propriétaires. C’est une amie de la famille, Babeth, qui a accepté d’avancer l’argent, et c’est devenu le Bab’s Dock. »

Aujourd’hui, les Cotonois, en famille ou entre amis, se pressent vers l’embarcadère pour prendre le bateau, faire leur petit tour sur l’eau jusqu’au ponton et s’installer autour des tables en bois pour savourer des brochettes de bœuf, du poisson braisé fraîchement pêché et une crêpe en dessert. Le tout pour quelque 12 000 F CFA (environ 18 euros) – dont le coût d’accès au site, fixé à 2 500 F CFA par personne, bateau compris (gratuit pour les moins de 12 ans).

Couple de babouins

Sans oublier les activités pour petits et grands : baignade, kayak, petits voiliers Laser, beach-volley, jeux de scrabble et balançoires. Et un « mini-zoo », constitué d’animaux abandonnés ou maltraités recueillis par les propriétaires : les ânes viennent d’un club équestre de Cotonou qui a fermé ; le couple de babouins, de l’ambassade de France, qui n’en voulait plus ; le cercopithèque (un petit singe), de particuliers chez qui il vivait enchaîné ; les tortues géantes ont été trouvées mourantes près de Lomé…

Depuis 2015, deux bungalows peuvent accueillir 8 personnes chacun (45 000 F CFA la nuit), et, même s’il n’est ouvert que les week-ends et jours fériés, le Bab’s Dock promet une belle nuit de bal, le mercredi 25 octobre prochain, pour fêter ses 20 ans.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro