Cameroun : l’ancien ministre des Finances Essimi Menye n’a rien à craindre du mandat d’arrêt émis contre lui

Par Jeune Afrique

Essimi Menye lors d'une réunion des Ministres des Finances de la zone franc à Paris, le 29 septembre 2009. © Bruno Levy/J.A.

Confortablement installé dans sa maison de Virginie (États-Unis), où il a rejoint sa famille, Essimi Menye peut dormir tranquille.

Certes, un mandat d’arrêt a été émis, le 14 mars, à l’encontre de l’ancien ministre des Finances, accusé de complicité de détournements de fonds publics pour un montant de près de 1,8 milliard de F CFA (environ 2,7 millions d’euros). Mais Washington ayant réduit sa coopération judiciaire avec Yaoundé, son extradition est inenvisageable.

Dans les bonnes grâces de Paul Biya

En outre, au sein même du gouvernement camerounais, son « cas » divise. Si Menye est dans le viseur de Laurent Esso, le tout-puissant ministre de la Justice, sans l’avis duquel le juge d’instruction du tribunal criminel spécial n’aurait jamais émis ledit mandat d’arrêt, il semble encore être dans les bonnes grâces de Paul Biya.

Le 1er décembre 2015, le président avait en effet autorisé son évacuation sanitaire alors qu’il était en garde à vue depuis plusieurs semaines dans un hôpital de Yaoundé.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici