Fermer

Niger : Mohamed Bazoum demande l’aide de Paris et Berlin pour contrer le jihadisme au Sahel

Par Jeune Afrique

Le ministre Mohamed Bazoum lors du sommet sur la sécurité au Sahel le 7 septembre 2011. © Magharebia/CC/wikipédia.

Le 31 mars, Mahamadou Issoufou a déjeuné avec François Hollande à l’Élysée. Le président nigérien, qui souhaitait surtout s’entretenir avec son homologue français de la lutte contre le jihadisme au Sahel, était accompagné à Paris par plusieurs de ses ministres.

Parmi eux, Ibrahim Yacouba (Affaires étrangères), Kalla Moutari (Défense), Hassoumi Massaoudou (Finances) et Mohamed Bazoum (Intérieur).

Ce dernier avait rejoint la capitale française depuis Berlin après avoir participé, le mercredi 29 mars, à une conférence sur la sécurité, la paix et le développement en Afrique, à l’initiative du ministère allemand de la Défense.

Mohamed Bazoum a plaidé auprès de la ministre Ursula von der Leyen pour un renforcement de la coopération en matière de sécurité entre l’Allemagne et le Niger. Et, à Paris, pour un soutien accru de la France au G5 Sahel dans le domaine du renseignement.