Fermer

Sénégal : Khalifa Sall, le chouchou des maires

Par Jeune Afrique

Le maire de Dakar Khalifa Sall à l'Hôtel de Ville le 22 octobre 2014. © Sylvain CHERKAOUI/JA

Placé sous mandat de dépôt dans la nuit du 7 au 8 mars alors que la justice lui reproche d’avoir utilisé « sans justification » 2,7 millions d’euros puisés dans les caisses de la mairie de Dakar, Khalifa Sall bénéficie du soutien de l’Association internationale des maires francophones (AIMF), dont il est le secrétaire général.

Sous la présidence d’Anne Hidalgo, maire de Paris, les membres de cette association avaient inscrit son cas à l’ordre du jour de leur réunion de Brazzaville (du 24 au 26 mars). Ils préparent l’envoi d’une délégation à Dakar.

L’AIMF, et en particulier deux de ses vice-présidents, Hugues Ngouélondélé, maire de Brazza, et André Kimbuta, gouverneur de Kinshasa, envisage de demander une audience à Macky Sall, le chef de l’État sénégalais.

Elle pourrait même s’impliquer dans la défense de Khalifa Sall en rémunérant ses avocats.