Fermer

Cinéma : « Paris la blanche », ou la recherche d’un mari parti en exil

L'affiche du film "Paris la Blanche". ©

Rikia, 70 ans, quitte pour la première fois son village d’Algérie pour se rendre en France. Son but : retrouver son mari, parti travailler à Paris quarante-huit ans plus tôt alors qu’elle était enceinte et qui n’est jamais revenu.

Nour, qu’elle aime encore, est manifestement toujours vivant puisqu’il continue à envoyer chaque mois de l’argent. Ce voyage à la recherche d’un retraité qui a manifestement décidé de disparaître permet de suivre les pérégrinations d’une femme touchante et courageuse.

 

 

Tout est réuni pour un mélo larmoyant sur le drame de l’émigration qui détruit les liens avec les proches, mais, grâce à l’interprétation très juste des acteurs, ce premier film pudique réussit à émouvoir sans verser outre mesure dans le pathos.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro