Fermer

Niger : Africard marque un point contre Niamey

Par Jeune Afrique

Billets de 10 000 francs CFA. © Kaysha/CC/Flickr

Le 14 mars, le Niger a été débouté de sa demande de report dans la procédure qui, en France, l’oppose à Africard

Cette société, qui fabrique des passeports biométriques, se fonde sur une condamnation prononcée par l’Ohada en 2012 pour réclamer à Niamey plusieurs milliards de F CFA de dommages et intérêts. Les autorités nigériennes espéraient pourtant que leur recours, déposé en janvier devant le tribunal ouest-africain, suffirait à suspendre les actions de la justice française. Le tribunal de Nanterre en a décidé autrement.

Vrais ou faux courriels ?

Raison invoquée : les documents que Niamey a produits, notamment des courriels prétendument échangés entre Souleymane Yankori, l’ex-avocat d’Africard, et Dany Chaccour, son PDG – et qui, selon Niamey, mettent au jour une corruption ayant permis d’obtenir la condamnation du Niger à l’Ohada –, sont sujets à caution.

« Aucun élément ne permet d’affirmer que ce sont des originaux », a expliqué la magistrate Nathalie Gautier. Celle-ci a donc annoncé que sa procédure se poursuivrait indépendamment de l’examen du recours nigérien à l’Ohada et qu’une nouvelle audience était prévue le 6 juin à Nanterre. Africard espère qu’ainsi Niamey sera poussé à revenir à la table des négociations et à accepter un règlement à l’amiable.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici