Fermer

Qui sont les bonnes fées du Fonds bleu pour le Bassin du Congo ?

Par Jeune Afrique

Le bassin du Congo est considéré comme le second poumon vert de la planète, après l'Amazonie. © SAURABH DAS/AP/SIPA

Le Fonds bleu pour le Bassin du Congo est sur les rails depuis la semaine dernière. Il doit permettre de subventionner des projets qui permettront de préserver cette région, à hauteur de 100 millions d'euros chaque année.

Le président congolais, Denis Sassou Nguesso (DSN), avait convié quelques-uns de ses amis à la cérémonie de signature de l’accord de création d’un fonds pour le bassin du Congo (le Fonds bleu), les 8 et 9 mars à Oyo.

Outre les ministres de l’Environnement des douze pays concernés, auxquels s’était joint le Marocain Salaheddine Mezouar (Affaires étrangères), on a noté la présence d’un président en exercice, le Togolais Faure Gnassingbé, et de deux anciens chefs d’État, Olusegun Obasanjo (Nigeria) et Alpha Oumar Konaré (Mali).

La France et l’Angleterre dans les rangs

Président de la Fondation Brazzaville et coorganisateur de la cérémonie avec Rosalie Matondo, la ministre congolaise de l’Économie forestière et de l’Environnement, l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier, un proche de DSN, était venu accompagné du prince Michael de Kent – cousin de la reine Élisabeth II et parrain de la fondation – et de son ami Michel Roussin, ancien ministre français de la Coopération.

L’ex-ministre française Yamina Benguigui était également de la partie, tout comme le couple Cécilia et Richard Attias (la première étant membre du conseil consultatif de la fondation).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici