Fermer

Cinéma : Cheick Oumar Sissoko ne se représentera pas à la tête de la Fepaci

Par Jeune Afrique

Cheick Oumar Sissoko, lors du Fespaco, le 7 mars 2015. © Sophie Garcia/JA

Secrétaire général de la Fédération panafricaine des cinéastes (Fepaci) depuis mai 2013, le réalisateur Cheick Oumar Sissoko, 71 ans, qui fut ministre de la Culture du Mali (2002-2007), ne briguera pas un nouveau mandat de quatre ans.

Il souhaite qu’une personnalité plus jeune prenne le relais lors de la prochaine réunion de l’organisation, qui doit se tenir en mai ou au plus tard en juin au Kenya. Ne doutant pas qu’il y aura des candidats, il compte pour sa part repasser derrière la caméra.

D’ici là, celui qui a « réveillé » cette fédération aura pu, dit-il, mener à bien les projets qui lui tenaient à cœur.

Un legs important

Ainsi devrait être annoncé à la veille du festival de Cannes un accord de partenariat avec l’Unesco et la cinémathèque de Bologne (Italie) pour la sauvegarde des archives cinématographiques africaines et, surtout, un projet financé par la Film Foundation de Martin Scorsese, visant à restaurer cinquante films réalisés par des Africains depuis les indépendances.

Sissoko compte aussi voir aboutir bientôt un projet de levée de fonds destiné à développer sur le continent des structures permettant de promouvoir le cinéma et à créer dans chaque grande région des outils de postproduction. Cette initiative, qui a obtenu la caution de l’UA, sera financée avec le concours de la BAD.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro