Entreprise : Économiesuisse entraîne les sociétés helvétiques dans l’aventure africaine

Photo d'illustration à Yverdon le 1er août 2002. © FABRICE COFFRINI/AP/SIPA/

Pour partir à la conquête des marchés étrangers, notamment africains, le secteur privé suisse peut compter sur le soutien de plusieurs organisations, au niveau cantonal comme au niveau fédéral.

La Suisse compte 18 chambres de commerce et d’industrie (CCI), dont la plus active sur le continent reste celle de Genève. « Même si l’Afrique pèse encore peu dans nos échanges, elle est aujourd’hui un véritable levier de croissance pour nos entreprises », assure Vincent Subilia, son directeur adjoint chargé des affaires internationales. C’est lui qui s’occupe du dossier de jumelage avec la CCI de Dakar.

« Un accord doit être signé en mars, en présence du président sénégalais, Macky Sall », annonce-t-il, avec l’espoir d’inverser la perception « pas toujours positive » du continent par les 2 500 membres de l’institution genevoise. La CCI de Genève, comme les 17 autres, est coiffée au niveau fédéral par l’organisation Économiesuisse, créée en 2000.

Accompagner les PME suisse vers les marchés africains

Fonctionnant comme un lobby, elle regarde l’ensemble des politiques économiques discutées au parlement de Berne et pèse de tout le poids de ses 100 000 sociétés membres sur les négociations bilatérales et multilatérales engagées par le gouvernement confédéral.

Économiesuisse étudie également l’environnement des affaires des différents pays pour épauler les sociétés helvétiques, composées à 95 % de PME, dans leurs décisions d’investissement ou d’implantation à l’étranger. Elle organise aussi les délégations du secteur privé accompagnant les visites des officiels confédéraux à travers le monde. Toujours au nom des entreprises suisses.