Essai : « De quoi Total est-elle la somme ? » questionne les origines de la multinationale

Dans De quoi Total est-elle la somme ?, Alain Deneault retrace le parcours de cette société qui compte près de 200 000 salariés. © Yu's to be/CC/Flickr

Total, c'est un chiffre d’affaires annuel de 200 milliards d’euros, une présence dans 130 pays et près de 200 000 salariés.

Mais que sait-on réellement de l’entreprise fondée en 1924 comme la Compagnie française des pétroles (CFP), de sa naissance au sein d’un cartel du Moyen-Orient, de son entente avec les majors britanniques et américaines sur les prix du brut, de ses rachats des emblématiques Elf Aquitaine et Petrofina au tournant du XXIe siècle ?

Dans son ouvrage De quoi Total est-elle la somme ?, Alain Deneault retrace le parcours de ce fleuron de l’économie française, devenu, en un peu moins d’un siècle, une entité mondiale et apatride.

Coloniser, délocaliser, nier

À l’origine société pétrolière, celle-ci a peu à peu conquis les secteurs du gaz et des énergies renouvelables. C’est l’histoire d’une omniprésence, mais surtout d’une quasi-omnipotence, que le docteur en philosophie québécois s’offre de raconter en douze chapitres. Douze étapes, « comploter, coloniser, collaborer, corrompre, conquérir, délocaliser, pressurer, polluer, vassaliser, nier, asservir, régir », pour un seul pouvoir, celui de multinationale au-dessus des lois et des pouvoirs politiques.

Face à ces maîtres d’un genre nouveau, difficile par moments de ne pas se sentir l’esclave d’un village mondial dont on serait l’idiot. Du Moyen-Orient aux États-Unis en passant par le Congo-Brazzaville, le Gabon, l’Angola ou l’Algérie, Alain Deneault livre un récit salutaire et documenté sur un monde qui s’est construit pour nous dominer.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici