Fermer

Gabon : pourquoi Nzouba Ndama lance son nouveau parti

Par Jeune Afrique

L'ancien président de l'Assemblée nationale gabonaise Guy Nzouba-Ndama, à Paris le 16 juin 2016. © VINCENT FOURNIER/J.A.

Depuis quelques mois déjà, Guy Nzouba Ndama, ancien président de l’Assemblée nationale et principal soutien – avec Casimir Oyé Mba – de Jean Ping lors de la présidentielle d’août 2016, voulait lancer sa propre formation politique.

C’est chose faite : Les Démocrates ont vu le jour sur les cendres de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG), jusqu’ici dirigée par Séraphin Davin Akouré et qui disposait de l’agrément du ministère de l’Intérieur. À leurs côtés, Léon Paul Ngoulakia, cousin du chef de l’État et ex-patron du Conseil national de sécurité.

Objectif de Nzouba Ndama : reprendre en partie son autonomie tout en conservant de bonnes relations avec la Coalition pour la nouvelle République, l’alliance de l’opposition créée en octobre 2016 autour de Ping. Il entend ainsi peser lors des législatives de juillet que, pour l’instant et contrairement à Ping, il n’envisage pas de boycotter, estimant que la politique de la chaise vide ne porte guère ses fruits. Guy Nzouba Ndama souhaite concourir à Koulamoutou et présenter une vingtaine de candidats dans tout le pays.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro