Mohamed Raouraoua doit quitter la fédération algérienne de football en mars

Par Jeune Afrique

Mohamed Raouraoua, le président de la Fédération algérienne de football, à l'hôtel Mamounia Palace, le 9 octobre 2013. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Le 12 mars prochain, le président de la Fédération algérienne de football devra laisser sa place à son successeur, encore inconnu.

Homme fort du football algérien depuis sa réélection en 2009 à la tête d’une fédération qu’il avait déjà dirigée de 2001 à 2005, Mohamed Raouraoua (69 ans) n’a pas l’intention de briguer un nouveau mandat en mars, comme l’ont confirmé à JA plusieurs sources proches du bureau fédéral de la FAF.

Sous le feu des critiques des supporters et d’El Hali Ould Ali, le ministre des Sports, qui lui reprochent les multiples changements de sélectionneurs depuis un an (quatre), l’élimination au premier tour de la CAN et de ne pas en faire assez pour le football local, Raouraoua va officialiser sa décision prochainement, malgré le soutien de quelques présidents de clubs.

L’influent businessman n’a toutefois pas l’intention de (trop) s’éloigner des affaires du football. « En 2006, il avait tiré les ficelles pour faire élire Hamid Hadjadj à la tête de la FAF. Là, il partira en minant le terrain », confie un entraîneur algérien. À ce jour, aucun candidat ne s’est officiellement déclaré, la date butoir étant le 12 mars.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici