Fermer

Bénin : l’opposant Léonce Houngbadji se dit menacé par le pouvoir

Par Jeune Afrique

Le président béninois Patrice Talon, à l'Élysée, à Paris, le 26 avril 2016. © Michel Euler/AP/SIPA

L'opposant béninois se plaint d’intimidations récurrentes à son égard qui viseraient, selon lui, à l'éloigner de la politique.

Soutien de l’ancien président Thomas Boni Yayi, Léonce Houngbadji, qui avait déposé plainte le 23 novembre auprès du procureur de la République pour menaces de mort et intimidations, a été auditionné ce 20 janvier à la brigade de Cotonou.

Accompagné de Me Ibrahim Salami, le jeune (34 ans) opposant, fondateur du Parti pour la libération du peuple (PLP), dit avoir livré les numéros des auteurs d’appels anonymes.

Climat malsain

Sans nouvelles depuis, il dénonce l’inertie de la justice, ainsi qu’« un climat malsain d’intimidations sous le régime dictatorial » de Patrice Talon.

« Des gens frappent à ma porte puis disparaissent, des voitures me prennent en filature, des motards casqués tapent de grands coups sur ma fenêtre quand je suis dans les embouteillages, je reçois des menaces, on distille de fausses rumeurs sur ma vie privée pour me forcer à arrêter la politique ».

Toujours à l’en croire, des proches du pouvoir lui auraient proposé de l’argent ou des postes afin qu’il jette l’éponge.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro