Tunisie : quels scénarios en cas de remaniement ministériel ?

Par Jeune Afrique

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, le 10 novembre 2016. © Francois Mori/AP/SIPA

Il avait déjà été question d’un remaniement ministériel en décembre 2016. Cette fois, selon des proches de Youssef Chahed, le Premier ministre, il est en passe de se concrétiser.

Lamia Zribi céderait son portefeuille des Finances, qui se muerait en un grand ministère de l’Économie et des Finances. Néji Jalloul, le bouillonnant ministre de l’Éducation, qui déplaît aux syndicats, pourrait devenir directeur de cabinet à la présidence.

Slim Azzabi, actuel ministre-conseiller, directeur du cabinet présidentiel, supplanterait Khemaies Jhinaoui, en froid avec Chahed, aux Affaires étrangères. Dans la charrette des départs, Majdouline Cherni, ministre des Sports, devrait être rejointe par Samira Merai, sa collègue de la Santé.


BERNARD CAZENEUVE EN VISITE À TUNIS

Bernard Cazeneuve, le Premier ministre français, se rendra à Tunis fin mars. Il y fera le point sur les promesses d’investissements (1,2 milliard d’euros sur cinq ans) faites par la France à l’occasion de la conférence Tunisia 2020, les 29 et 30 novembre 2016, en présence de son prédécesseur, Manuel Valls. Second objectif de cette visite : accélérer le mouvement de conversion des dettes tunisiennes en investissements.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici