Cameroun : travailler avec les petits producteurs, le credo de Mukete Estates Limited

Pour satisfaire les besoins locaux, l'entreprise envisage de se lancer dans la culture du manioc. © Carsten ten Brink/CC/Flickr

La société agroalimentaire du Cameroun, Mukete Estates Limited, fait partie des exploitations qui tournent le mieux dans le pays. Cacao, ananas, huile de palme... L'entreprise se diversifie pour conquérir de nouveaux marchés.

À l’ombre d’un manguier, entouré de cacaoyers centenaires, une trentaine de revendeuses pèsent et soupèsent bruyamment les ananas fraîchement récoltés dans l’une des nombreuses plantations de la Mukete Estates Limited (MEL), sous l’œil vigilant d’une employée de l’exploitation. Une fois leur sélection terminée, elles reprennent leur marchandise, qu’elles vont revendre à Kumba (chef-lieu du département de la Meme, dans le Sud-Ouest) et ses environs.

Disposant de plus de 1 500 ha répartis sur trois sites, la société, propriété de la famille royale Mukete, s’est imposée en près d’un siècle comme l’un des principaux acteurs du secteur agro-industriel camerounais, derrière le groupe Cameroon Development Corporation (CDC) et la Société camerounaise des palmeraies (Socapalm).

Travailler avec les petits producteurs

Après avoir démarré dans le cacao, l’entreprise s’est progressivement diversifiée dans le palmier à huile, l’hévéa et les fruits. « Pour faire face à la demande, nous avons réuni des petits producteurs afin de bénéficier des aides gouvernementales sur l’ananas ou le palmier », explique Godfrey Mbe Mukete, le directeur général de la MEL, qui emploie aujourd’hui 347 personnes.

Pour satisfaire les besoins locaux et continuer à se diversifier, il envisage de planter du manioc sur ses vastes domaines. Et de saisir ainsi les opportunités qui ne manqueront pas de se présenter sur l’énorme marché nigérian.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique