Fermer

Tourisme au Cameroun : sur la route des chefferies

Musée des civilisations de la ville de Dschang. © Renaud VAN DER MEEREN/EDJ

Créé pour valoriser le patrimoine culturel du pays, un programme élaboré par la diaspora de France renforce aussi son intérêt touristique.

Faire des chefferies traditionnelles du Grand Ouest un produit d’appel pour le tourisme, tel est le défi que tente de relever ces dernières années la diaspora camerounaise de Nantes avec La route des chefferies, un programme de préservation et de valorisation du patrimoine culturel de la région.

Financé par de nombreux partenaires et institutions ainsi que par le mécénat d’entreprises et les élites régionales, ce plan repose sur une charte signée par les chefs traditionnels sensibilisés à ces enjeux. Une cinquantaine, soit la moitié d’entre eux, l’ont ratifiée et peuvent déjà en apprécier les retombées, notamment en matière de visibilité.

Labellisées « case patrimoniales »

L’inventaire des richesses constitue la première étape. Si, dans un village, le patrimoine appartient en priorité à son chef, ses notables les plus proches, ainsi que de nombreuses familles anonymes, disposent également de milliers d’objets à mettre en avant. Il revient alors au chef de mobiliser la communauté afin qu’elle les rassemble et les cède à une équipe de professionnels sur le terrain. Effectué suivant des critères précis, cet inventaire vise aussi à limiter à terme le commerce illicite de ces artefacts.

Plus question de les stocker de n’importe quelle façon en attendant d’hypothétiques occasions de les montrer. Certains ne servant qu’une fois tous les deux ans – il en va ainsi de la couronne de danse du roi de Bandjoun, qui pèse environ 25 kg –, voire à une unique occasion durant le règne d’un roi, La route a choisi de les exposer pour mieux les valoriser. Ainsi ont été édifiés, au sein même des chefferies, des musées communautaires labellisés « cases patrimoniales », prêtes à recueillir un jour les pièces exposées dans les musées occidentaux.

Un musée pour honorer la culture camerounaise

Mais la véritable vitrine du programme reste le Musée des civilisations, qui a ouvert ses portes en 2010, aux abords du lac municipal de Dschang, une ville située dans le département de la Menoua (Ouest). Dans un espace de 1 200 m2 est proposée une lecture de l’histoire du Cameroun. À travers une scénographie originale, les 500 objets et 1 500 illustrations des expositions permanentes et temporaires éclairent le visiteur sur l’identité plurielle et complexe des Camerounais : peuples des forêts et des mers, ils sont aussi soudano-sahéliens.

On y découvre ainsi les techniques de construction des cases obus, les danses des vierges toupouries (nord du Cameroun), les forêts sacrées, les rites de purification du Ngondo (fête traditionnelle)… Avec son architecture africaine contemporaine, ses façades recouvertes d’une multitude de symboles, le musée est considéré par certains critiques comme le plus grand d’Afrique centrale.

Mais, pour permettre un réel essor du tourisme, un nouvel outil est actuellement déployé : le schéma directeur régional du tourisme de l’Ouest-Cameroun (SDRT), un plan d’action sur une période de dix ans, de 2015 à 2025. Complémentaire à La route des chefferies, il devrait permettre de conquérir une autre clientèle grâce à une offre diversifiée. Il est notamment question de mettre en valeur les événements culturels et les festivals, de développer l’hôtellerie de qualité et d’aménager les sites publics. Ce qui devrait par ailleurs favoriser la création d’emplois.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici