Fermer

Cameroun : Louise Nouanegue Kanmogne, la passion du cacao et des jus de fruits

Louise Nouanegue Kanmogne dans sa boutique, à la sortie de Bafoussam, au Cameroun. © Fernand KUISSI/JA

Louise Nouanegue Kanmogne a ouvert sa boutique il y a vingt ans. Aujourd’hui elle rencontre le succès et envisage de mettre en place une chaîne de froid pour conserver ses jus de fruits naturels.

Une odeur de cacao brûlé envahit l’air à l’approche du bâtiment abritant la société Sipo fruits et légumes, à la sortie sud de la ville de Bafoussam, dans le nord-ouest du pays. Minuscule, la boutique ressemble à celle d’un maître chocolatier exposant ses créations dans des conditionnements aussi divers que variés.

La transformation de la fève est aujourd’hui la principale activité de cette PME, qui emploie sept personnes. Mais Louise Nouanegue Kanmogne, sa fondatrice sexagénaire, n’a pas pour autant abandonné la production de jus de fruits naturels.

Une activité entamée dans sa cuisine, il y a deux décennies, et qui n’arrive plus à satisfaire une demande locale toujours croissante. En cause, l’indisponibilité des emballages. Elle souhaite donc la mise en place d’une chaîne de froid pour pouvoir produire davantage.

Système « trop peu sécurisant »

Secrétaire de direction de formation, passée par l’enseignement, cette mère de quatre enfants affiche dix-sept produits dans son catalogue. « Chaque fois que je tombe sur un fruit, mon souci est de trouver la meilleure formule pour sa transformation et sa conservation », assure cette férue de recherche, qui refuse de faire breveter ses trouvailles, jugeant le système camerounais « trop peu sécurisant ». Ce qui n’empêche pas Louise de cultiver sa passion pour les fruits.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici