Diplomatie : le flop de Ségolène Royal à Addis-Abeba

Par Jeune Afrique

Ségolène Royal, la ministre française de l'Ecologie, à la conférence "Our Ocean, One Future" à Washington, le 16 septembre 2016. © Cliff Owen/AP/SIPA

Face à l'enthousiasme provoqué par le retour du Maroc au sein de l'Union africaine (UA), sa conférence sur les énergies renouvelables a dû être annulée.

La visite à Addis-Abeba, le 29 janvier, de Ségolène Royal, la ministre française de l’Environnement, chargée des Relations internationales sur le climat, est passée quasi inaperçue malgré la présence de nombreux journalistes. En marge du sommet de l’UA, elle a participé au premier conseil d’administration de l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables. À ses côtés notamment, dans une salle du siège de l’UA, Alpha Condé, président de la Guinée et coordinateur de l’Afrique pour les énergies renouvelables.

Le soir, la ministre socialiste avait prévu une conférence de presse. Problème : au même moment, Mohammed VI organisait un cocktail auquel étaient conviés 44 chefs d’État. En fin d’après-midi, l’ambassade de France en Éthiopie préférait annuler la conférence.