Littérature : le malaise de la francophonie sous la plume de Jean Claude de l’Estrac

Jean-Claude de l’Estrac, ancien ministre mauricien et ex-candidat au poste de secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). © Vincent Fournier/JA

Le témoignage de l'ancien candidat à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dépeint, sans demi-mesure, les dérives de l’institution. Encore un coup dur pour François Hollande.

Et un livre de plus dans la besace, déjà bien chargée, de François Hollande ! Celui-ci passera certainement inaperçu dans l’Hexagone, où les témoignages évoquant sa laborieuse présidence se sont multipliés ces derniers mois. Il n’en reste pas moins corrosif pour le président français. Deux ans après sa défaite face à Michaëlle Jean, qu’il n’a visiblement toujours pas digérée, Jean Claude de l’Estrac revient sur le difficile accouchement du sommet de Dakar, au cours duquel la Canadienne avait été portée à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Évoquant un « coup de force » de la France, le Mauricien revient en détail, et avec une amertume évidente, sur les coulisses de cette non-élection qui a abouti à la rupture du pacte de Hanoï et à la perte, pour l’Afrique, de la tête de l’OIF. Un témoignage subjectif et sans fioriture, suivi d’une longue interview, qui nous plonge dans la réalité de la diplomatie franco-africaine autant qu’il éclaire la singularité d’un petit pays, Maurice, qui se vit un temps en phare de la nouvelle francophonie.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici