Niger : les repentis de Boko Haram transitent par Diffa

Par Jeune Afrique

Capture d'écran d'une vidéo de Boko Haram, rendue publique en octobre 2014. © AP/SIPA

Depuis le 27 décembre, une cinquantaine de combattants de Boko Haram, dont deux émirs, se sont rendus aux autorités nigériennes, à la frontière avec le Nigeria. Ils ont été regroupés dans un site de cantonnement à Diffa.

« Ce site n’est pas un centre de rétention », mais juste un lieu de transit, « avant la réinsertion sociale de ces hommes », explique le document-cadre de l’établissement, consulté par JA. Il est toutefois clos et sécurisé, pour éviter d’éventuelles représailles de Boko Haram à l’encontre de ses repentis.

Sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, ce centre, d’une capacité de 200 à 300 places, est dirigé par un officier de la gendarmerie nationale, assisté d’un représentant du ministère de la Justice, d’un psychologue, d’un agent de santé, de formateurs et de spécialistes en déradicalisation.

« Le processus peut durer deux ans, car il faut les écouter et comprendre leurs motivations avant de leur fournir une formation et de les réinsérer », explique un connaisseur du dossier.

Un second centre devrait être rapidement créé à Goudoumaria, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Diffa, si les redditions se multipliaient, comme l’espère le gouvernement. Il pourrait accueillir jusqu’à 1 000 personnes.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici