Fermer

Gabon-France : Jean Ping, le rebelle du Fouquet’s

Par Jeune Afrique

Jean Ping (Gabon), ancien ministre du président Omar Bongo, ancien secrétaire général de l'Union Africaine, candidat à l'élection présidentielle gabonaise de 2016 et adversaire d'Ali Bongo, candidat à sa propre succession. À Paris le 17 février 2016. © Vincent Fournier/JA

De Paris, où il séjourne depuis la mi-novembre, Jean Ping continue de contester la victoire d’Ali Bongo Ondimba à la dernière présidentielle et se bat pour obtenir le soutien des autorités françaises.

Il a multiplié les rendez-vous, mais n’a pu obtenir un tête-à-tête avec Jean-Marc Ayrault, le ministre français des Affaires étrangères.

Outre l’avocat Robert Bourgi, qui l’avait déjà soutenu lors de l’élection contestée, l’ancien président de la Commission de l’UA a le soutien de l’ex-eurodéputé Michel Scarbonchi (du Parti radical de gauche), un habitué des dossiers françafricains. Ce dernier tient régulièrement des réunions avec les lieutenants de Ping au Fouquet’s, le célèbre restaurant parisien, situé non loin de l’appartement de l’opposant.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici