Fermer

Cameroun : la justice guette les ministres sortants

Par Jeune Afrique

Le Président du Cameroun Paul Biya. © Francois Mori/AP/SIPA

Nouvelle politique pénale en vigueur au Tribunal criminel spécial de Yaoundé, qui traque les crimes économiques, où sont en jeu des montants supérieurs à 50 millions de F CFA.

Désormais, ses magistrats s’interdisent d’inculper un ministre en fonction. Ce qui n’empêche pas les juges d’instruction de préparer les dossiers et de les tenir prêts à tout moment : imprévisibilité des remaniements ministériels oblige…

Sitôt officialisés les limogeages décrétés par Paul Biya, la justice veut agir vite. Car certains, à l’instar d’Essimi Menye, l’ancien ministre des Finances, ou de Jean-Marcel Dayas Mounoume, l’ex-directeur du Port autonome de Douala, ont subrepticement quitté le pays.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici