Fermer

La liaison ferroviaire Addis-Abeba - Djibouti bientôt sur les rails

Par - à Djibouti

Présentation de la nouvelle ligne,le 5 octobre, en gare d’Addis-Abeba. © Abou Halloyta

Entre l’Éthiopie et son voisin, tout roule ou presque : la liaison ferroviaire devrait fonctionner dès cette année. Et prendre de l’ampleur très rapidement.

Régulièrement annoncée depuis un an, et officiellement inaugurée le 5 octobre dans la capitale éthiopienne, la liaison ferroviaire Addis-Abeba - Djibouti n’est toujours pas sur les rails, mais presque. Selon le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh, le premier service est attendu « pour le 22 décembre », et la ligne devrait être pleinement opérationnelle un mois plus tard. Le temps de régler les derniers problèmes d’alimentation de cette connexion ferroviaire – la première du continent à être entièrement électrique.

Transport régional de marchandises

S’il est ouvert aux passagers, le service vise essentiellement le fret. Destiné à désenclaver le vaste marché éthiopien, le train rejoindra directement le port de Djibouti pour embarquer près de 70 % des 11,3 millions de tonnes de marchandises qui transitent chaque année par les quais du pays. Il lui faudra un peu moins de douze heures pour parcourir les 752 km qui séparent Addis-Abeba de Djibouti (contre trois jours actuellement pour les 1 500 camions empruntant quotidiennement la route entre les deux capitales). Cette ligne pourrait être le premier maillon d’un réseau ferroviaire qui desservirait à terme toute la sous-région.

Si les deux pays peuvent se féliciter de disposer d’un tel outil, susceptible de doper leurs économies respectives, ils le doivent à l’implication des Chinois, qui, eux, y voient un moyen d’inonder le continent de leurs produits manufacturés tout en réceptionnant en retour les matières premières dont ils ont besoin. Symbole de cette entente très cordiale aux intérêts bien compris par chacune des parties, cette ligne a été financée à hauteur de 70 %, soit 2,4 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros), par l’Exim Bank of China.

Quant à sa réalisation, elle a été confiée à un consortium réunissant China Railways Engineering Corporation (CREC) et China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC). Et si, sur le chantier (qui a duré trois ans et demi), la plupart des 25 000 ouvriers étaient d’origine éthiopienne ou djiboutienne, l’encadrement venait de Pékin. Un avant-goût de ce qui devrait se passer en Éthiopie comme au sein de la zone franche en construction à Djibouti, où la Chine compte délocaliser une partie de son appareil industriel.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici