Fermer

Algérie : face aux attaques d’Amar Saadani, Saïd Bouteflika soutient le général Toufik

Par Jeune Afrique

Proche du cercle présidentiel algérien, Amar Saadani, ancien secrétaire général du FLN, n'hésitait pas à tirer sur tous ceux que le régime voulait écarter. © Sidali Djarboud/AP/SIPA

Les accusations proférées le 5 octobre par Amar Saadani, l’ex-secrétaire général du FLN, à l’encontre du général à la retraite Mohamed Mediène, alias Toufik, ont fortement indisposé l’entourage du président Bouteflika.

Quelques heures après la conférence de presse au cours de laquelle Saadani accusait Toufik d’être un suppôt de la France et l’instigateur des événements tragiques qui firent une vingtaine de morts à Ghardaïa en 2015, Saïd Bouteflika, frère du chef de l’État et conseiller spécial à la présidence, a téléphoné à Mediène pour se désolidariser de ces attaques.

« Nous sommes abasourdis par ces propos », a-t-il confié en substance à son interlocuteur. Patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS, services secrets, dissous en 2016) pendant vingt-cinq ans, Toufik a été mis à la retraite en septembre 2015.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici