Fermer

RD Congo : qui est Jean-Jacques Lumumba, le lanceur d’alerte qui gène la BGFI-Bank et l’entourage de Kabila ?

Jean-Jacques Lumumba est le petit-neveu de Patrice Lumumba. © DR

Le banquier congolais accuse la BGFI, son ex-employeur, d’avoir couvert des détournements de fonds publics.

Le 29 octobre, le quotidien belge Le Soir affichait à la une le visage de Jean-Jacques Lumumba, un jeune cadre de banque jusque-là inconnu, sous le titre : « La corruption du régime Kabila vue de l’intérieur ».

Détournements de fonds

Dans l’article, le trentenaire accuse son ancien employeur, BGFI-Bank, d’avoir couvert le détournement de dizaines de millions de dollars en provenance de plusieurs institutions étatiques clés, notamment la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

Pour étayer ses allégations, il a livré aux journalistes belges les photocopies de dizaines de documents auxquels il avait eu accès chez BGFI. « Je voyais filer l’argent du peuple, a-t-il expliqué. J’ai alors pensé à mon grand-père, à son combat, à ses principes. »

Discret

Jean-Jacques fait en effet partie de la famille de l’illustre Patrice Lumumba, martyr de l’indépendance. S’il n’en est pas vraiment le petit-fils – c’est de sa mère, Louise, la nièce de l’ancien Premier ministre, qu’il tient son patronyme – c’est bien dans la famille de ce dernier qu’il a été élevé.

Il a grandi, étudié, puis travaillé pour l’essentiel au pays. « C’était un jeune homme discret mais ambitieux. Il était intègre et très tatillon sur les procédures », témoigne une ancienne collègue. Ces derniers mois, il s’est arrêté plus que d’habitude dans la maison du héros de l’indépendance, chez sa tante Juliana Lumumba, la fille de Patrice.

« C’était souvent en sortant du bureau, tard, parfois à 22 heures, se souvient-elle. Il se plaignait des conditions de travail et de ce qu’on lui demandait de faire. » Usé, il a fini par prendre un avion pour l’Europe et a donné sa démission. Il n’a pas pu se taire plus longtemps.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici