Fermer

Gécamines : Ahmed Kalej Nkand veut aller de l’avant

Par Jeune Afrique

Ahmed Kalej Nkand (au centre) a été démis de son poste d'administrateur directeur général de la Gécamines le 26 juillet 2014. © Photo mise à disposition par la Gécamines.

Ahmed Kalej Nkand n’est pas rancunier.

Plus de deux ans après avoir été démis de ses fonctions d’administrateur-directeur général de la Gécamines, en juillet 2014, sur une accusation de surfacturation d’équipements miniers, le Congolais, qui vit à Lubumbashi, a finalement été blanchi à la mi-octobre 2016 par la justice.

Mais, soucieux de se préparer un avenir, Kalej a décidé de mettre sous le boisseau son différend avec le tout-puissant patron des patrons congolais, Albert Yuma Mulimbi, président de la compagnie minière emblématique du Katanga, propriété à 100 % de l’État congolais.

Si l’ancien ADG exclut de retourner à la Gécamines, il espère rejoindre l’encadrement d’un groupe privé ou public du secteur minier ou financier, arguant d’une expérience qu’il juge positive à la Gécamines, mais aussi au sein de la Banque centrale de la RD Congo.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici