Fermer

Tunisie : l’Europe pas si disposée à « sortir le carnet de chèques » ?

Par Jeune Afrique

Le drapeau tunisien, en mars 2015 à Tunis pendant une éclipse. © Christophe Ena/AP/SIPA

Les promesses de soutien à la Tunisie, qui organise les 29 et 30 novembre une conférence internationale sur l’investissement, tardent à se concrétiser.

Les plus frileux sont les pays du Vieux Continent. Le Parlement européen a certes voté, en septembre 2016, une résolution appelant à un plan d’aide de 20 milliards d’euros sur cinq ans, mais ce texte n’a pas valeur contraignante. Alors que l’UE est le premier partenaire économique de la Tunisie, les entreprises et les États européens montrent peu d’empressement.

Un haut responsable de la délégation tunisienne de passage à Paris et à Bruxelles s’en désole : « Même les équipements destinés à la lutte antiterroriste nous sont facturés au prix fort. A contrario, les pays du Golfe semblent disposés à sortir le carnet de chèques, mais en échange de contreparties qui ne sont ni dans notre intérêt, ni dans celui de l’Europe. Veut-on nous jeter dans leurs bras ? »

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici