Fermer

Afrique de l’Ouest : les Peuls ont rendez-vous à Ouagadougou

Par Jeune Afrique

Bergers peuls à Niamana Garbal, l'immense marché au bétail à l'entrée de Bamako, le 1er juin 2016. © Emmanuel Daou Bakary pour J.A.

Alors que les conflits opposant agriculteurs et éleveurs se multiplient en Afrique de l’Ouest – et qu’ils prennent parfois une tournure radicale, comme au Mali –, les Peuls ont rendez-vous à Ouagadougou, les 22 et 23 octobre, au Ran Hôtel Somketa, pour le premier congrès mondial du Pulaaku.

Coorganisé par l’Université du Faso et l’association Tabital Pulaaku International et parrainé par le ministre burkinabè de la Culture, Tahirou Barry, cet événement devrait rassembler une centaine de participants issus des pays de la sous-région (Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal…) ainsi que de Belgique, de France, du Botswana et peut-être de RD Congo.

L’objectif est, selon ses organisateurs, de « mieux comprendre le concept du Pulaaku », mais aussi – et c’est en cela que ce congrès intrigue les observateurs – de voir en quoi il pourrait être transformé en un système de gouvernance pouvant prospérer aussi bien au Fouta-Djalon (Guinée) que dans le Macina (Mali), et même « au bord du Nil en Afrique centrale » [sic].

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici