Fermer

Isabelle Chevalley veut « nettoyer le continent »

Isabelle Chevalley en Côte d’Ivoire en février 2016 © DR

À 44 ans, elle est la conseillère nationale du parti helvète vert’libéral et la présidente de l’intergroupe parlementaire Suisse-Afrique. Portrait.

Depuis cinq ans, Isabelle Chevalley est branchée en continu sur l’Afrique. À peine rentrée d’un séjour au Sénégal pour l’une des ONG dont elle est membre, la conseillère nationale (députée) se prépare à décoller dès le lendemain, cette fois en direction du Niger, « pour tenter de voir ce qu’il se passe sur la mine d’Arlit », explique-t-elle.

L’élue vaudoise n’arrête jamais. « Écologiste de droite », comme elle se définit elle-même, la cofondatrice du parti vert’libéral semble prendre un malin plaisir à secouer les habitudes de ses collègues du Parlement fédéral, où elle siège depuis 2011. De retour d’une mission au Burkina Faso, en 2013, elle les a même conviés à un « apéro insectes » qui a fait mouche, puisque la Suisse devrait devenir le premier pays d’Europe à autoriser la consommation de ces bestioles, début 2017 – « un exploit », selon la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture).

Son objectif : nettoyer le continent et y créer de l’emploi

Un an plus tard, Isabelle Chevalley crée l’intergroupe parlementaire Suisse-Afrique, qui réunit aujourd’hui une cinquantaine de conseillers des deux chambres fédérales, plus quelques ambassadeurs africains accrédités en Suisse. Ce « club » est devenu un point de rencontre incontournable pour tous les Suisses qui s’intéressent de près à l’Afrique.

C’est grâce à l’un de ses camarades de promotion à l’université de Lausanne, de nationalité comorienne, qu’Isabelle Chevalley découvre l’Afrique, en 1998. Depuis, cette chimiste de formation se dit « contaminée ».

Engagée en politique mais aussi auprès de plusieurs ONG, elle poursuit l’objectif de « nettoyer le continent et d’y créer de l’emploi » en développant les énergies renouvelables, en créant des banques de céréales, en recyclant les sacs plastique…Sans autre prétention que de « faire sa part, comme le colibri qui lâche une goutte d’eau pour éteindre l’incendie », commente la parlementaire dans un sourire.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici