Fermer

Maroc – Driss Lachgar : « La cure d’opposition nous a fait beaucoup de bien »

Driss Lachgar, premier secretaire de l'USFP. Maroc - Rabat - 2016/09/20 - Alexandre Dupeyron © Alexandre Dupeyron pour JA

À 62 ans, Driss Lachgar est le premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), 42 députés. Objectif : demeurer le premier parti de gauche et participer au gouvernement, en appoint du PAM

Jeune Afrique : Ne craignez-vous pas la concurrence des ex-communistes du PPS, alliés aux islamistes du PJD ?

Driss Lachgar : Non. Nous avons refusé d’entrer au gouvernement Benkirane en 2011 parce que nous savions que toute alliance de ce type allait renforcer le PJD et nous affaiblir. C’est ce qui est arrivé au PPS : il a été phagocyté par les islamistes et en est réduit à défendre une politique rétrograde et conservatrice.

Et celle de l’extrême gauche, regroupée au sein de la FGD ?

L’extrême gauche pense qu’elle ne peut gagner que sur le cadavre de l’USFP. C’est une erreur. Nous étions prêts à négocier des circonscriptions avec la FGD. Elle s’y est opposée.

Nous avons entamé notre reconstruction et notre modernisation

Quelles sont vos relations avec le PAM ?

Avec le PAM, il s’agit d’une coordination et non d’une alliance. Nous considérons que ce parti joue un rôle positif au Parlement sur des thèmes tels que les femmes et les libertés. Cette position est totalement avalisée par les instances de l’USFP.

Vous avez procédé au dépôt légal de votre programme. Pourquoi ?

Pour mettre un terme au pillage copié-collé de notre programme par des partis qui n’ont rien à voir avec notre idéologie.

L’USFP n’est-elle pas en déclin ?

Nous avons subi les effets négatifs de notre participation au pouvoir jusqu’en 2011. Depuis cinq ans, nous avons entamé notre reconstruction et notre modernisation. La cure d’opposition nous a requinqués. Nous sommes à la pointe sur les mobilisations sociales. Nous avons récupéré la propriété de nos biens et de nos journaux. Attendez les résultats des élections pour juger de ma gouvernance du parti.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici